Remboursement, prise en charge de l'appareillage auditif

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en septembre 2019

Sommaire

Prise en charge Sécurité sociale

C'est le remboursement de base auquel tous les assurés sociaux ont droit.

Il suppose l'existence d'une prescription médicale préalable (de toute façon obligatoire pour la réalisation de l'appareillage) et la présentation d'une feuille de soin délivrée par l'audioprothésiste.

  • Le remboursement est calculé à partir d'une base figurant sur un tarif de référence : le LPPR.
  • La base est unique quel que soit l'appareillage pour les adultes de plus de 20 ans soit : 199,71 €.
  • Le remboursement de la Sécurité sociale sera donc dans ce cas de 119,83 € par oreille (60 % de la base).
  • Sauf si le patient bénéficie d'une prise en charge à 100 % soit 199,71 €, et non pas 100 % du prix public comme certains peuvent le croire !

Si l'appareillage est destiné à un enfant ou adolescent de moins de 20 ans, la base de remboursement est beaucoup plus élevée (de 900 à 1 400 €) et dépend de la classe de l'appareil (A, B, C ou D). Le remboursement s'élève alors à 60 % de cette base.

Lire l'article Ooreka

La classe de l'appareil est définie de manière administrative en fonction des caractéristiques de la prothèse :

  • A correspond à un ancien appareil analogique. 
  • D correspond à un appareil numérique de dernière génération. 
  • B et C désignent des appareils intermédiaires.

Les personnes souffrant simultanément d'un trouble de l'audition et de cécité sont prises en charge selon une base plus élevée : de 900 à 1 400 €. Là encore, la prise en charge s'élève à 60 % de la base.

Le LPPR prévoit également le remboursement des accessoires nécessaires au fonctionnement de la prothèse : embouts auriculaires, piles et certaines pièces qui peuvent être remplacées lors de réparations.

Ces remboursements se font sur la base d'un forfait annuel sur présentation d'une feuille de soin remise par le laboratoire et d'un justificatif des dépenses (factures piles, de réparation) sans nécessité d'une ordonnance.

L'ensemble de ces prestations sont résumées dans le tableau suivant :

  Remboursement d'un appareil auditif
  0 à 2 ans 2 à 20 ans Souffrant de cécité Plus de
20 ans
Complémentaire CMU
(CMU-C)
Appareil auditif 60 % sur la base du tarif de la LPP et selon la catégorie d'appareillage :
  • catégorie A : 900 €
  • catégorie B : 1 000 €
  • catégorie C : 1 250 €
  • catégorie D : 1 400 €
  • 60 % sur la base du tarif unique de 199,71 €.
  • Soit un remboursement de 119,83 € par oreille et par an.
  • 1 appareil auditif externe entièrement gratuit tous les 2 ans, avec une prise en charge  de 500,29 € en plus du tarif de responsabilité (1 000,59 € en cas de stéréophonie c'est à dire lorsque les 2 oreilles sont concernées).
  • Si l'appareil coûte plus cher, le complément est à votre charge.
  • Prix maximum de vente proposé par l'audioprothésiste : 700 € .
  • Tarif de responsabilité : 199,71 €  (en sus duquel vient le forfait CMU Complémentaire).
Frais d'entretien (changement piles, accumulateur, pièces détachées, etc.)
  • 60 % sur la base d'une allocation annuelle forfaitaire de 36,59 €.
  • Soit un remboursement annuel de 21,88 € .
  • Prise en charge multipliée par 2 en cas de stéréophonie (2 oreilles touchées).
Embouts auriculaires
  • 4 embouts pris en charge par an et par appareil.
  • 60 % sur une base tarifaire de 53,36 €.
  • Soit un remboursement de 32 € par an pour les 4 embouts.
  • 1 pris en charge par an et par appareil.
  • 60 % sur la base tarifaire de 53,36 €.
  • Soit un remboursement de 32 € par an et par appareil.
  • 1 prise en charge par an et par appareil.
  • 60 % sur le tarif de base de 4,91 €.
  • Soit un remboursement annuel de 2,91 € par appareil.
Écouteur
  • Taux de prise en charge : 60 % sur le tarif de base de 5,32 €.
  • Soit un remboursement annuel de 3,20 €.
Microphone
  • Taux de prise en charge : 60 % sur le tarif de base de 9,17 €.
  • Soit un remboursement annuel de 5,50 €.
Potentiomètre
  • Taux de prise en charge : 60 % sur le tarif de base de 4,52 €.
  • Soit un remboursement annuel de 2,71 €.
Vibrateur à conduction osseuse
  • Taux de prise en charge : 60 % sur le tarif de base de 10,63 €.
  • Soit un remboursement annuel de 6,38 €.
Implant cochléaire Pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale.

Prise en charge par les organismes complémentaires

Les mutuelles et complémentaires santé prévoient également des remboursements qui peuvent varier de manière importante suivant les contrats.

Certaines commencent même à proposer des contrats spécifiques prévoyant des prises en charge améliorées pour les aides auditives.

Les conditions de prise en charge varient également suivant les organismes, n'hésitez pas à vous munir de vos cartes d'adhérent lorsque vous allez vous renseigner sur un appareillage, le personnel du laboratoire pourra mieux vous indiquer le montant éventuel qui restera à votre charge.

Aides au financement

En plus des remboursements « automatiques » délivrés par les caisses d'assurance maladie et les mutuelles, il existe un certain nombre d'aides ou de fonds de secours qui peuvent intervenir si la situation financière du malentendant l'exige :

  • Au niveau des caisses primaires on peut demander un dossier de PEL (prestation extra légale).
  • Certaines caisses de retraite peuvent également allouer des sommes à leurs allocataires.

La prestation compensatoire du handicap (PCH)

Cette prestation qui est mise en œuvre au travers des Maisons départementales du handicap englobe des aides de toute nature (financières, humaines, etc.) déterminées en fonction du projet de vie de la personne handicapée, sans condition de ressource.

Elle concerne les enfants et les adultes de 20 à 60 ans et est accordée au travers d'une évaluation personnalisée menée par les équipes des MDPH.

Elle peut servir à la prise en charge de prothèses auditives, d'aides techniques (téléphone, systèmes de signalisation, etc.), d'aménagements du domicile mais aussi des piles, assurances optionnelles, etc.

Un décret du 15 novembre 2016 pris en application de la loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016 prévoit que les personnes handicapées peuvent bénéficier du tiers payant pour l'achat d'aides techniques, les dépenses liées à l'aménagement du logement et du véhicule et les dépenses spécifiques ou exceptionnelles comme celles relatives à l'acquisition ou l'entretien de produits liés au handicap. Les fournisseurs à qui les éléments de la PCH sont versés directement doivent avoir signé une convention avec le conseil départemental. L'identité du fournisseur est précisée dans la décision d'attribution de la PCH.

Autres aides

  • Fonds de compensation (État, départements).
  • Municipalités.
Lire l'article Ooreka

Trouver les spécialistes pour votre projet

Quel est votre projet ?

Merci de préciser le type de prestation souhaitée afin de vous orienter vers les pros qu'il vous faut.

Code postal ?

Merci de préciser votre code postal.

Demander des devis

gratuit sans engagement sous 48h