Tympanoplastie : la greffe du tympan

Sommaire

La tympanoplastie est une intervention micro-chirurgicale au niveau du tympan, elle consiste principalement en une reconstruction du tympan par greffe. Elle est indiquée dans certaines pathologies de l'oreille moyenne. Faisons le point sur la tympanoplastie, ses conditions et ses risques d'intervention.

Tympanoplastie : rappels sur l'anatomie de l'oreille

L'oreille, organe de l'audition et de l'équilibre, est située dans le rocher, au niveau d'un os du crâne appelé os temporal. Elle est constituée de 3 parties distinctes :

  • L'oreille externe, avec le pavillon, partie visible de l'oreille, et le conduit auditif externe ;
  • L'oreille moyenne, formée par des cavités du rocher. Elle contient le tympan, interface entre l'oreille moyenne et l'oreille externe, 3 osselets et la fenêtre ovale. Elle est aérée par la trompe d'Eustache. En arrière, se trouvent de petites cavités, les cellules mastoïdiennes. L'oreille moyenne entretient des rapports étroits avec le nerf facial, les méninges et le lobe temporal.
  • L'oreille interne ou labyrinthe, comporte le vestibule, les canaux semi-circulaires (rôle dans l'équilibre) et la cochlée.

Définition de la tympanoplastie

La tympanoplastie est une intervention micro-chirurgicale réalisée au niveau du tympan. Elle consiste à reconstruire le tympan et les osselets par le moyen d'une greffe prélevée chez le patient (autogreffe), avec ouverture de l'oreille moyenne. Elle peut être indiquée dans les cas suivants :

  • perforation permanente du tympan ;
  • otite chronique, inflammation insidieuse de l'oreille moyenne responsable d'une surdité avec écoulement chronique de l'oreille ;
  • poche de rétraction, rétraction du tympan vers l'intérieur de l'oreille moyenne, en rapport avec des anomalies de pression ;
  • cholestéatome, stade évolutif de la poche de rétraction dans lequel elle se remplit d'épiderme (tissus cutané) et s'étend jusqu'aux osselets et la mastoïde qu'elle détruit progressivement, il existe alors une surinfection chronique.

Ces maladies de l'oreille moyenne exposent à de graves complications : surdité, risque infectieux (infection de la mastoïde, infection cérébro-méningée), paralysie faciale. La tympanoplastie permet de restaurer l'étanchéité de l'oreille, de réduire le risque d'infection, et améliore l'audition.

Lire l'article Ooreka

Modalités d'intervention d'une tympanoplastie

La tympanoplastie est envisageable pour les adultes comme pour les enfants à partir de l'âge de 7 ans. L'opération, réalisée sous anesthésie générale, dure 1 à 2 heures. Elle se déroule au cours d'une hospitalisation de quelques jours :

  • Le chirurgien aborde par une incision les structures de l'oreille moyenne afin de les nettoyer et de retirer des tissus anormaux.
  • Lorsque c'est nécessaire, les osselets sont réparés par une ossiculoplastie. Il s'agit de leur remplacement par des prothèses (teflon ou céramique) ou de leur reconstruction par autogreffe (avec des fragments de cartilage).
  • Le tympan est reconstruit par autogreffe, à partir de l'enveloppe (aponévrose) du muscle temporal situé au-dessus de l'oreille, du pavillon de l'oreille, ou encore à partir d'un greffon veineux.
  • Une mèche est laissée en place dans l'oreille à la fin de l'intervention et l'incision est fermée par des points de suture.

Des soins à domicile sont nécessaires pendant quelques jours (réfection des pansements) ainsi qu'un collyre antibiotique. Une consultation de contrôle postopératoire a lieu quelques jours après l'intervention. Il faut également protéger l'oreille de la pénétration de l'eau.

Les efforts doivent être modérés, le mouchage doux narine par narine, les voyages avec variation de pression sont interdits pendant plusieurs semaines (TGV, avion) ainsi que la plongée et le bruit.

Lire l'article Ooreka

Tympanoplastie : risques et surveillance

Les risques liés à l'opération, bien que rares, existent :

  • Au cours de l'intervention, peuvent survenir une atteinte de l'oreille interne avec vertiges et baisse de l'audition voire surdité, ou une paralysie faciale.
  • Dans les suites opératoires immédiates, des douleurs, vertiges ou bourdonnements, des troubles du goût, sont normaux et réversibles.
  • Une surinfection peut se manifester, sous forme d'écoulement purulent et nauséabond. Une nécrose de la greffe peut survenir ainsi qu'une atteinte des structures méningées.
  • Un rétrécissement du conduit auditif externe est parfois observé.

Un contrôle par endoscopie est réalisé un mois environ après l'intervention afin de vérifier la cicatrisation du tympan, l'absence de récidive des tissus anormaux en cas de cholestéatome, et de réaliser un audiogramme. Il existe un risque d'échec avec absence d'amélioration de l'audition ou perforation résiduelle du tympan. La surveillance est ensuite régulière en cas de maladie agressive (poche de rétraction tympanique, cholestéatome).